Contacter le site du Syndicat Intercommunal du Bassin Sud-Ouest du Mont Ventoux (SIBSOMV) Favoris du site du Syndicat Intercommunal du Bassin Sud-Ouest du Mont Ventoux (SIBSOMV) A-   A   A+  

 

Le lac du Paty est un plan d'eau artificiel, d'une superficie de 5 ha, issu de la construction d'un barrage sur le Brégoux (ou Lauron), en amont du village de Caromb. Isolé sur les contreforts du Mont Ventoux, le lac et les milieux humides qui lui sont associés contrastent fortement avec les milieux secs à l'entour. Ce contexte confère au site un intéret biologique et paysager particulier.

 

Historique du lac du Paty

Barrage du Paty Caromb rdLa construction du barrage a débuté en 1762 pour s'achever en 1766. Son objectif était d'assurer l'irrigation des terres agricoles de la plaine du Comtat Venaissin. Cet usage a disparu avec la construction du canal de Carpentras et le site est désormais tourné vers les activités de loisirs : activité halieutique et découverte des milieux naturels principalement.

En 2009, le site du Paty (le lac et ses environs) a intégré le réseau des Espaces Naturels Sensibles (ENS) du Département de Vaucluse. L'année suivante, la commune a fait réaliser le plan de gestion du site pour la période 2011-2016.

En 2011, dans le cadre du contrat de rivières du bassin Sud-Ouest Mont Ventoux, programme animé par l'EPAGE Sud-Ouest Mont Ventoux, un diagnostic des milieux humides a été conduit, lequel a mis en lumière une faune remarquable.

 

Le patrimoine naturel du lac du Paty

Le site du Paty s'organise autour du lac lui-même, mais également autour de son cours d'eau d'alimentation et de son émissaire, respectivement le vallat de Chandeirolles et le ruisseau du ravin du Lauron. Cet ensemble présente un cacactère remarquable pour le Vaucluse. Le vallat de Chandeirolles, bien que temporaire, possède une ripisylve bien conservée, une formation végétale rare en région méditerranéenne. Le ruisseau du ravin du Lauron est quant à lui pérenne grace au maintien d'un débit de fuite sur la retenue. La fraîcheur de cette eau de restitution, conjuguée au contexte de gorges et à la présence de formations végétales arborées et buissonnantes, a autorisé le développement d'une flore spécifique : fougères et prêles notamment. Ce type d'habitat est lui aussi rare en Vaucluse.

L'étude conduite en 2011, qui s'est donc intéressée à ces différents milieux, a mis en évidence une faune remarquable, avec au premier rang les odonates. 27 espèces d'odonates ont été recensées, soit un tiers de la faune odonatologique française. Une telle diversité sur une surface aussi restreinte est inhabituelle pour un département comme le Vaucluse. De plus, une espèce se singularise : le Gomphe de Graslin. Endémique du Sud-Ouest de la France et de la péninsule ibérique, cette libellule s'est fortement raréfiée depuis un siècle du fait des aménagements et de la pollution des cours d'eau, et du fait également de la disparition des prairies rivulaires. En raison de sa rareté et de sa forte endémicité, l'espèce est protégée et inscrite "en danger" sur la liste rouge française.

Parmi les amphibiens, seules 2 espèces ont été contactées : la Grenouille rieuse et le Crapaud commun. Mais cette faible diversité a été compensée par la quantité des contacts de Crapauds communs (plus de 50 individus ont été contactés au cours d'une même nuit), plaçant le site du Paty comme un site majeur de reproduction de cette espèce dans le Nord Vaucluse.

 

Plus d'informations sur l'ENS du Paty ici.

Réalisé par : Logo de Synapse Entreprises

Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus